Le défi d’Emilie May

90 jours d’abstinence.

Voilà le défi que Parker a accepté de relever sous le regard sceptique de ses proches. Pour lui qui utilise le sexe afin de fuir ses tourments, ce sera un véritable exploit. Sa fratrie a pris les paris ? Ils n’ont pas foi en lui ? Qu’importe, il les fera tous mentir. Cependant, quand la tempétueuse Angie débarque dans son univers et s’immisce tant dans sa vie professionnelle que familiale, sa détermination manque de faillir.

Angie, elle, pensait passer quelques mois à travailler tranquillement dans une entreprise de voyages de luxe. Son objectif ? Mettre de l’argent de côté et quitter définitivement son passé. Mais quand elle tombe sur Parker et son horripilant caractère, elle comprend qu’il va lui falloir plus de volonté que prévu pour tenir bon.

Pour l’un comme pour l’autre, le combat sera rude entre fierté et désir.

Bonjour ! Je vous retrouve pour vous parler d’un sp sorti ce jeudi 04 février chez Fyctia !

«Le défi» est une très belle histoire d’amour, de vie, mais surtout, de pardon. Aux autres, à soi-même. Elle nous livre un message d’espoir : il faut continuer à vivre, qu’importe les événements, et profiter de chaque instants. Le gros point fort de ce roman, c’est que l’auteure arrive à glisser des thèmes forts, dans une histoire aux abords plus cocooning.

Un autre point qui m’a beaucoup plu, c’est le contexte et l’univers de ce roman. Faire un pari d’abstinence de 3 mois, c’est déjà original dans la vie, mais dans un livre, de New romance de surcroit, c’est explosif et j’ai beaucoup aimé ça. L’univers est lui aussi atypique, dans le sens où on ne le croise pas souvent ce genre de milieu dans les livres. C’était beau, dépaysant tout en gardant un pied dans le réel, grâce au travail de Parker.

Venons-en aux personnages. D’emblée, j’ai accroché un personnage de Parker. Même s’il se montre parfois un peu bourru, il n’est pas l’un de ces personnages «mauvais garçons» qu’il y a tant dans les livres, et j’ai un faible pour ce genre d’hommes. Le fait que nous ayons une bonne partie de chapitres étant consacrés à son point de vue, je m’y suis encore plus attachée. J’admire le lien qu’il entretient avec sa famille, ces personnes un peu loufoques si attachantes. Angie, notre héroïne, est une boule d’énergie, d’humour, et même si je ne m’y attachais pas trop au début, elle a réussi à dégivrer le coeur de Parker, et le mien avec. Les piques et joutes verbales entre eux sont épiques !

J’ai trouvé l’écriture fluide, addictive et malgré ses 552 pages, il se lit rapidement.

En conclusion, Emilie May a réussi son pari en nous proposant une histoire aussi drôle que touchante.

Belle semaine,

Aline

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s