Suprêmes d’Elle Séveno

92460509_242787880104498_7495182831665020928_n

Quatre cents ans après le monde tel que nous le connaissons, les Humains ne sont plus la race supérieure, ni même la seule. Et ils le découvrent lors d’une terrible invasion qui vire aussitôt à l’horreur.

Quand ils ne sont pas abattus comme du bétail, ils sont réduits en esclavage par une race perverse et tyrannique.

Vine, qui s’est toujours sentie en décalage avec les siens, est emprisonnée à son tour et déportée sur une planète inconnue. Dans sa cellule, elle rencontre un prisonnier différent des autres.

Quelle que soit sa race, il la fascine, la respecte et la guide…

À ses côtés, elle pourrait bien devoir remettre en question toutes ses certitudes.

Bonjour ! Nouvel article aujourd’hui, qui concerne le SP Suprêmes, d’Elle Seveno. Let’s go!

Je suis assez mitigée sur ce roman. Dans un sens, j’ai adoré les personnages. Vine est une fille forte, courageuse, qui sait se mettre en retrait quand c’est nécessaire, qui insuffle la force et le respect. Le Prisonnier m’a plu aussi, surtout parce qu’il n’avait pas sa langue en poche et qu’il m’a surprise à la fin ! L’auteure instaure un petit mystère autour de la vraie nature de Vine, j’ai trouvé ça chouette! Malgré tout, je n’ai pas accroché à l’histoire. Plus particulièrement au cadre.Je pense juste que ça ne colle plus vraiment avec la science-fiction.  C’est vraiment dommage, car la plume de Elle Séveno, dont j’avais déjà lu 6 ans, est addictive et légère. Mais, la fin m’a tenu en haleine. Je ne m’attendais pas vraiment à un tel retournement de situation. J’attends quand même la suite avec impatience !

Bref, un avis plutôt mitigé, assez contradictoire. Mais j’attends tout de même la suite avec impatience !

Prenez soin de vous !

Alll’s

Les humains ne m’avaient pourtant rien fait. Je n’en avais même jamais côtoyé – à part un esclave ou deux à qui j’avais volé quelques clopes -, mais je les tenais pour responsables de ma vie pourrie ainsi que de celles de mes ancêtres. Leur simple existence avait condamné les miens. Parce qu’ils représentaient la faiblesse à l’état pur, parce que les leskans les avaient pris pour cible, et que mon peuple avait choisi de les protéger.

P.S. : le livre derrière le téléphone est 6 ans, de la même auteure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s