The Gang chapitre 3 : La crise

Bonne lecture !!

°°°Point de vue de Dorian°°°

« Et une tournée pour Dorian ! » s’exclame Alex.

Je ris en tenant ma copine par la taille.

Elle s’appelle Kaysie. Pour le moment, c’est celle que je préfère, de toutes les copines que j’ai pu avoir. C’est la plus compréhensive, jusque là. Les autres étaient juste des pourries qui passaient sur mon chemin.

Alex me tend une bière. Cependant, je ne la prends pas tout de suite et observe Amanda par la fenêtre. Elle parle avec Martin.

Papa m’avait prévenu qu’elle n’était pas comme les autres filles de son âge. C’est vrai qu’elle a un humour décalé, mais sinon, elle a l’air normale.

« Yo bro ! Tu as fait connaissance avec ma pote ! » s’exclame Alex à Martin quand il est revenu.

« Vous la connaissez ? » demandais-je étonné.

« Genre, j’l’aime trop, je la connais depuis une heure, mais mon dieu, je l’adore ! » piaille Alex.

« T’aimes tout le monde. » remarque Lucas.

Tiens, Amanda n’est plus sur sa chaise.

« Mais non. Je n’aime pas Kay… »

Il ne termine pas sa phrase. Je sais très bien qui il n’aime pas. Kaysie. A vrai dire, il la déteste. Tous mes amis la déteste. Pourtant, je la trouve bien.

« Kayserbit. » se rattrape-t-il.

Kayserbit est  notre préfet.

Nous parlons encore un peu de ce gars et puis le sujet dévie sur le match de notre équipe qui a lieu la semaine prochaine. Nous jouons contre les Red Lions, une des équipes les plus fortes du championnat. Mais nous allons à coup sur les battre. Nous avons battus tout le monde. Ce sera du gâteau.

« Chéri, j’ai chaud. On sort ? » demande Kaysie.

« Evidemment. »

Et comme mes potes me laissent jamais tranquille, ils nous suivent.
Nous nous installons  dehors, sur les chaises qu’Amanda et Martin occupaient peu de temps avant.

« Action ou vérité ? » demande Alex.

« Oh, non, Alex. Pas ce jeu débile. « 

 » Ta gueule. Kaysie, action ou vérité ? »

Je décide de ne pas répondre. Je ne peux pas les forcer à aimer Kaysie. Mais ils devront se faire à l’idée qu’elle est ma petite amie.

« Vérité. « 

« Est-il vrai que tu es une pute qui n’en veut qu’à la réputation de Dorian ? »

Putain de bordel de merdeAlex !

Le sang me monte au cerveau. D’où il l’insulte comme ça, sans motif ?

« Si je demande ça, c’est parce que je suis récemment tomber sur un message provenant d’une certaine Kaylie à son amie Catarina. Ce qui ressemble étrangement à Kaysie et sa meilleure amie Catherine. « 

« Il… Il… Il y a… Des filles qui s’appellent comme ça au bahut.  » répond l’interressée d’une voix absolument pas sûr et tremblotante.

 » Je me suis renseigné. Il existe effectivement une Kaylie et une Catarina. « 

« Tu vois. Tu ne sais pas ce que tu avances.  » réplique-t-elle d’une voix beaucoup plus sûre.

« Sauf que l’une est en seconde et l’autre en terminale. Elles ne se côtoient pas. « 

Kaysie est bouche bée. Je ne m’attendais pas à ça d’elle.

Soudain, Amanda débouche sur le chemin, titubante.

Son regard semble vide et elle tremble. Elle à l’air de suffoquer.

« Amanda n’est pas une fille ordinaire. « 

Je me rappelle la phrase que mon père m’a dite. Cela prend tout son sens.
J’accours près d’elle.

Je l’attrape juste avant qu’elle ne tombe.

Sa respiration est saccadée.

« Je n’aurais pas du… Venir. « 

Elle ne bouge plus. Merde. Merde.

«Appelez une ambulance ! Vite !»

Les quelques personnes encore sobre s’activent pendant que je rentre avec Amanda dans la maison. Je monte les escaliers et rentre dans une chambre. Sûrement celle des parents. Je la dépose sur le lit.

«Appelle mon père. Tiens. »

Je tends mon téléphone à Martin. Il compose le numéro de mon père et il lui parle, pendant quelques minutes.

«Dans son sac, il y a une boîte ronde avec des médocs. Il faut lui en faire avaler 2. »

J’attrape son sac, le fouille et trouve une petite boite ronde. J’essaye de voir le nom, mais elle a recouvert la boite de papiers. J’en prends deux, j’ouvre sa bouche et je lui fait avaler avec un peu d’eau.

«Ils vont arriver. Mrs Sanchez a dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Ça lui arrive de temps en temps. Elle va bientôt se réveiller, normalement. »

«Elle a quoi, à votre avis ?» demande Alex.

«Je ne sais pas. » répond Martin.

«Elle n’a pas bu beaucoup, elle n’a pas prit de drogue. »

«Mais… elle revenait de la cabane. » remarque Lucas.

«Putain, je lui avais dit de ne pas y aller !»

Cela ne fait qu’une soirée que je la connais et elle me saoule déjà à ne pas écouter !

Reste calme. Reste calme.

« Ce connard de Brad y était. Tu crois que… qu’il sait que c’est en quelque sorte ta soeur ? »

« Non, personne n’est encore au courant à part vous. Et Kaysie. Et merde… Je parie qu’elle a tout déballer à ses copines qui ont tout dit aux autres. Quelle peste ! »

« Je ne l’ai jamais senti, et je te l’ai dit, Dorinou. » dit Alex.

Je déteste quand on m’appelle comme ça et il le sait. Mais bon, je l’ai bien mérité.

« Putain, j’aurais du vous écouter, bande de loser. »

« Mais, une minute. Admettons, tout le monde est au courant que Amanda est ta « soeur », comment on fait avec Brad, Shade et Quint ? Il faudra la mettre au courant dés qu’elle se réveille. »

« NON ! » m’exclamais-je. « Moins elle en sais, mieux se sera. »

« Les gars, pourquoi les parents de Shade l’ont appelé « Ombre » ? Et pourquoi Quint ? C’est une marque de sangria ?! » se demande Alex.

Quel con, celui-là ! Toujours une guerre en retard !

« Alex, c’est pas le moment ! » lui crie Alex.

« Non. Non. Non ! » s’écrie Amanda.

Je me retourne vers elle.

Aurait-elle repris connaissance ?

Eh bien, non. Toujours pas.

« Qu’est-ce qu’elle a ? » hasarde Lucas.

« Amanda ! » s’écrie une voix.

Marina !

Marina et mon père déboule dans la chambre.

« Merde merde merde ! Amanda ? Ma chérie ? »

Voyant que sa fille ne réagit pas, elle se tourne vers moi.

« L’ambulance, dans combien de temps arrive-t-elle ? »

« On a sonné il y a vingt minutes… »

« Ouais, d’ici il y a au moins 20 minutes plus les embouteillages possibles. Elle ne devrait pas tarder. « 

« Marina, qu’est-ce qu’elle a ? »

« Cela remonte à loin. » dit-elle, le regard dans le vide. « Les médecins ne savent pas vraiment dans quoi elle sombre. C’est un mélange entre sommeil et coma. »

« Elle rêve pendant son « état comateux » ? »

« Oui. Elle revit cette nuit, et elle crie. »

« Quelle nuit ? »

« La nuit où tout a basculé. »

« Je ne comprend pas. »

La porte s’ouvre dans un fracas.

« Bonjour, Elizabeth Kane, ambulancière. Nous venons pour Mademoiselle Amanda Sanchez. »

« Mais putain, au lieu de berdeler sur un sujet dont on n’en a rien à foutre maintenant, faites votre boulot et emmener-là ! » s’exclame Lucas.

« Cela fait partie de notre boulot de nous présenter. Bien, James et Higor, prenez ses paramètres. Et on s’active ! »

Rapidement, ils prennent ses paramètres. Et puis, l’Elizabeth la mets sur un brancard et ils partent. Comme ça.

« Greg, tiens, ma clé. Va chez moi, dans la chambre d’Amanda, à l’étage, se trouve une valise avec ses affaires. Une valise verte. Prends la et viens nous rejoindre à l’hôpital. »

« A vos ordres, chef. »

Papa prend la clé, embrasse furtivement Marina et quitte la pièce.

« Je vais suivre l’ambulance. Faites comme vous voulez. »

« On te suit. »

« Je prends ma voiture. Alex, tu montes avec moi. »

« D’accord, papa. » dit le concerné en levant les yeux au ciel.

« Il faut que j’aille chercher Ellie. Je ne peux pas la laisser à ma grand-mère encore une nuit. » dis-je.

« Je vais venir avec toi. Ca fait un bail que je l’ai plus vue. »

« Allez, on se magne. » dit Alex.

Nous descendons rapidement et chacun monte dans sa voiture.

J’enclenche ma manoeuvre et je me dépêche à aller chercher Ellie.

« Mon chéri ! Tu es là tôt ! »

« On a eu un problème, mamy. J’ai pas le temps. Je prends Ellie et je file à la clinique. Je te sonnerai là-bas. »

« Papa ! » s’exclame Ellie en me voyant. Elle court dans mes bras.

« Ma puce ! On y va. Tu dis au revoir à mamy ? »

Elle fait un bisou à mamy et nous partons. J’attache Ellie dans son siège et nous filons vers la clinique.

Ellie est ma fille de 2 ans. Je… Sa mère est morte d’un accident, il y a 1 ans et demi. Enfin, on dit que c’est un accident, mais ce n’en est pas un. Sa mère s’est suicidée, ne supportant pas être mère à 16 ans. Ce que je peux comprendre, mais de là à se tuer… Soit, j’ai pris Ellie avec moi, et j’en suis fière. Elle est trop jeune pour aller à l’école, donc je la dépose soit chez ma grand-mère, soit chez la gardienne soit mon père la garde quand il est en congé. Il a été un peu choqué au début, mais ensuite, c’est passé. Il l’adore. Pour le moment, elle dort dans ma chambre, dans un lit-barreaux. Comme ça, s’il y a un problème, je suis tout près.

Arrivé dans le parking, je me gare le plus près possible de l’entrée et nous sortons. Je prend Ellie dans mes bras, pour que ça aille plus vite.

« Bonjour. Je viens pour Amanda Sanchez. » dis-je à la secrétaire.

« Chambre 306, 4e étage. »

« Merci. »

Nous prenons l’ascenseur et nous arrivons au 4e.

« Papa, qui ? » me demande Ellie.

« Amanda, chérie, ta tata. »

« Oh. »

300,301,302,303. Mais merde, où est-elle ?

AH ! Enfin !

Nous frappons.

« Entrez. » répond Marina.

Je pousse la porte et Martin et Alex sont déjà là.

Ellie court vers eux.

« Ma puce ! »

« Parrain ! »

Elle est déjà dans les bras de Martin. Elle est grave.

« Tata ? » demande-t-elle en pointant Amanda.

« Oui. »

« A quoi ? »

« Elle est malade, mais ça va passer. Et je te présente Marina, sa maman. »

« Boujour ! »

« Bonjour cocotte ! »

« Mamy ? »

« Oui, si tu veux. « 

« Cool ! Mamy ! »

Amanda est étendue sur un lit, pâle comme le linge blanc.

« Les médecins ont dit qu’elle n’allait pas tarder à se réveiller… Reste à savoir quand. »

Martin s rapproche d’Amanda avec Ellie dans les bras. Ellie prend la main d’Amanda.

« Boujour, c’est Ellie. »

Oh, c’est trop mignon. Mon coeur fond. Que je suis fière d’être son père !

Ellie a toujours été ainsi, à parler au gens, même ceux qu’elle ne connait pas.

Elle dit quelque chose dans l’oreille de Martin et Martin la dépose dans le lit, à côté d’Amanda.

Et Ellie commence à lui parler de sa vie, avec le peu de mots qu’elle connait.

Et c’est comme ça que j’apprend que ma fille, à 2 ans, a vu un garçon, chez ma mamy, qui s’appelle Chase et qu’elle le trouve beau. Chase c’est le voisin. Il a 15 ans. Tout le portrait de son père,cette petite !

« Je… Je… Salut… Ellie. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s